2010/06/27

900 YEARS OF KARMAPA: MEMORIAL CEREMONY


June 27-29, 2010 - Gyuto

This year marks the 900th year since the birth of the First Karmapa Dhuesum Khenpa (1110-1193), who founded the lineage of Kagyu in 1139 C.E.
Tsurphu Labrang hosted a three day meeting in Gyuto to organize the 900th year celebration of Karmapa. His Holiness chaired the meeting. Attending the meeting were 31 representatives of different Karma Kamtsang monasteries and nunneries from India, Nepal and Bhutan; The Dzogchen Ponlop Rinpoche, representing Karmapa Foundation in America; Drupon Rinpoche, General Secretary of His Holiness Karmapa; Ringu Tulku, representing Karmapa Network Europe, Mr. Sonam Damdul, Member of Parliament of Tibetan Government in Exile; and Scholar Tashi Tsering, from Amnye Machen Institute.
It was decided that the celebration would be for one year beginning from the 8th of December, 2010 (that is 2nd day of the 11th month) to 27th Dec 2011 (3rd day of the 11th month according to Tibetan Lunar calendar). The opening ceremony will be from the 8th-9th of December, in Bodhgaya, and the closing ceremony would be for one week from the 21st-27th December 2011 in New Delhi. There will be exhibitions, resource person talks, and teachings from His Holiness Karmapa, Khenchen Yongzin Thrangu Rinpoche, Dorlob Tenga Rinpoche, Karma Chagme Rinpoche, Khenpo Tsultrim Gyatso Rinpoche, Bayoe Rinpoche, Khenpo Kathar Rinpoche and Khenpo Lodro Dhonyoe. 

2010/06/26

"Au Tibet, nous avons besoin d'un projet" (lexpress)


Par , publié le 
A 25 ans, le karmapa-lama est l'une des figures majeures du bouddhisme tibétain. Pourrait-il succéder un jour au dalaï-lama? L'idée semble effrayer l'Inde, sa terre d'accueil, qui l'a privé il y a peu d'une tournée en Europe. L'Express est allé le rencontrer.


Voici un garçon venu du Toit du monde. Fils de nomades tibétains, Ogyen Trinlé Dorjé a été reconnu comme une "sainte incarnation" - la 17e, dans la lignée des karmapas, vieille de neuf cents ans. Avant de fuir la Chine en décembre 1999, à travers les montagnes de l'Himalaya, le jeune homme était le seul lama reconnu à la fois par le dalaï-lama et par le gouvernement de Pékin. 

Aujourd'hui, certains voient en lui un successeur éventuel au chef des Tibétains en exil, âgé de 74 ans. Une perspective que le jeune homme refuse d'envisager - les karmapas ont toujours joué un rôle purement spirituel, rappelle-t-il, et n'ont jamais exercé le moindre rôle politique. Reste que l'idée semble inquiéter certains. Sa tournée en Allemagne, en France et au Royaume-Uni, prévue ce mois-ci, a été annulée, car les autorités indiennes ont refusé de délivrer les autorisations nécessaires. Sans doute soucieux de préserver ses bonnes relations avec Pékin, New Delhi ne semble guère enthousiaste à l'idée que les Tibétains en exil se découvrent, après la disparition inévitable du dalaï-lama, un nouveau leader charismatique. Et le jeune homme, qui a grandi sur les hauts plateaux du sud-est du Tibet, semble désormais limité dans ses mouvements. 


Le karmapa-lama en Inde.
©Stuart Freedman

A 25 ans, fan de Facebook et propriétaire actif d'une console de jeu, le karmapa-lama a longuement interrogé le photographe de L'Express sur les qualités et les défauts de son appareil numérique professionnel. Avec sa voix douce, ses yeux brillants et son sourire ravageur, on comprend que les Indiens aient hésité à le laisser se montrer en Occident - à Londres, le prince Charles avait déjà manifesté le désir de le rencontrer. 

Le garçon venu du Toit du monde ira loin. Parmi les bouddhistes tibétains en exil, il est déjà l'"idole des jeunes". 

Quel est votre plus ancien souvenir ?

Le bruit des chevaux au galop dans la plaine. Ce jour-là, j'étais allongé sous une tente, me semble-t-il, auprès de mes parents. Jusqu'à l'age de 7 ans, j'ai habité dans la région reculée du Kham [sud-est du Tibet]. Nous étions des paysans nomades. Ç'a été le meilleur moment de ma vie. J'avais le coeur léger et tout me semblait simple. Je n'avais aucune inquiétude et, de fait, aucune raison d'en avoir. Je vivais dehors, dans un paysage de grands espaces. Mes parents possédaient des troupeaux de chevaux ; très tôt, j'ai appris à les monter. 

En 1992, alors que vous alliez avoir 7 ans, vous êtes reconnu officiellement comme la 17e réincarnation du karmapa et devenez, à ce titre, le chef d'une des quatre écoles majeures du bouddhisme tibétain. Avez-vous compris, alors, ce qui vous arrivait ?

Quand l'équipe de reconnaissance est venue de Lhassa, elle s'est d'abord rendue dans un monastère, non loin d'où nous habitions. Ces visiteurs ont posé de nombreuses questions, en particulier à mes parents, qui ne comprenaient pas toujours. Le Tibet est un immense territoire, où la population est très dispersée et s'exprime avec de nombreux dialectes. 

Par la suite, ces inconnus vous emmènent à Lhassa, la capitale, où vous êtes plongé dans un environnement totalement nouveau. Qu'avez-vous ressenti?

J'étais un enfant. Tout cela me semblait excitant. Quelle aventure! On m'a fait monter dans une voiture - la plus grosse que j'aie jamais vue - et, à l'intérieur, je me souviens avoir pensé que l'on m'offrirait sans doute de nombreux jouets et que la vie serait belle. A l'approche de Lhassa, cependant, j'ai commencé à éprouver des craintes. Peut-être ne serait-ce pas si facile... Comment une existence serait-elle aisée si vous êtes au centre de l'attention de tout le monde? En fait, j'avais déjà tout compris. 

Est-ce à dire que vous êtes devenu karmapa sans joie, à contrecoeur?

Ce serait trop fort. Je ne m'y suis pas opposé. Mais j'étais inquiet.


"Beaucoup de kilomètres séparent le dalaï-lama des habitants du Tibet. 
Mais ces derniers se sentent proches de lui." 
©Stuart Freedman

Le 28 décembre 1999, âgé de 15 ans, alors que vous avez déjà été présenté au président de la Chine, Jiang Zemin, qui a avalisé le choix des autorités tibétaines, vous sautez d'une terrasse de votre monastère et fuyez à travers les montagnes, au péril de votre vie, vers l'Inde. Etait-il important pour vous de rencontrer le dalaï-lama dans son exil de Dharamsala?

Beaucoup de kilomètres séparent le dalaï-lama des habitants du Tibet. Mais ces derniers se sentent proches de lui. Tous ceux qui parviennent à fuir souhaitent en premier lieu rencontrer le dalaï-lama. C'est, pour eux, la réalisation d'un vieux rêve. Et ça l'a été pour moi, aussi. 

Comment décririez-vous aujourd'hui votre relation avec lui?

Sa Sainteté le dalaï-lama est le leader spirituel et temporel de tous les Tibétains. C'est un homme hors pair. Sur le plan temporel, il est d'une grande dignité. Sur le plan spirituel, il joue un rôle de premier plan, qui est reconnu dans le monde entier. A titre personnel, j'ai la chance d'entretenir d'excellentes relations avec lui et de recevoir ses conseils. 

Sur Internet, une vidéo circule dans laquelle il se tourne vers vous et affirme : "Vous devez continuer mon travail." Cela doit-il être interprété dans un sens spirituel et temporel?

Il s'adresse ainsi à tous les Tibétains, et en premier lieu aux jeunes. C'est à ma génération de protéger, de préserver, de maintenir et de transmettre l'héritage de nos ancêtres. Afin de préserver la spiritualité et la culture tibétaines, nous devons protéger notre identité. Dans la séquence vidéo à laquelle vous faites allusion, il me semble que le dalaï-lama exprime notre proximité. 

Si vous deviez succéder au dalaï-lama, sur les plans spirituel et temporel, seriez-vous prêt à le faire?

Sa Sainteté le dalaï-lama me conseille de rester soigneusement à l'écart des questions politiques. Dans ma position, la seule chose qui m'importe est d'aider au maintien de l'héritage culturel et religieux du peuple. Comme individu et comme Tibétain, ma priorité est la condition de mes frères humains, tibétains ou non. Je n'aspire pas à une autre position ou à un autre statut que ceux que j'occupe aujourd'hui. Ce que j'ai me suffit largement. Je ne demande rien de plus. 


"De nombreux Chinois se reconnaissent dans le bouddhisme; 
un peu comme si cela faisait partie de leur histoire familiale."
©Stuart Freedman

Pourtant, vous êtes reconnu à la fois par le dalaï-lama et par le gouvernement chinois. A cet égard, vous occupez une position unique. Mieux, depuis votre départ de Chine, Pékin n'a pas émis de remarque hostile vous concernant. N'êtes-vous pas en mesure de faciliter un dialogue, à l'avenir ? Il y a toujours eu, dans les siècles passés, une relation étroite entre le karmapa et l'empereur de Chine.

Ces temps-ci, hélas, je ne vois guère de raison d'être optimiste. En théorie, en effet, je pourrais sans doute jouer un rôle positif ou utile. Je ne parle même pas de politique, mais de simples relations humaines. Chacun doit revenir au bon sens et abandonner toute rigidité idéologique. En pratique, toutefois, comment faire? La paranoïa règne et nous sommes condamnés à l'immobilisme. Comme Tibétain, comme être humain, si l'opportunité devait se présenter, je serais heureux de contribuer à un déblocage. 

De nombreux Chinois se rendent en Inde et assistent à vos enseignements. De Taïwan, de Singapour, mais aussi, pour certains d'entre eux, de Chine continentale. Que cherchent-ils auprès de vous?

A Pékin, le gouvernement est communiste, certes. Et on a parfois le sentiment que rien ne pourra jamais changer. Pourtant, certains Chinois regardent au-delà de leur vie quotidienne. Au fur et à mesure que leur niveau de vie s'améliore sur le plan matériel, ils s'aperçoivent qu'il leur manque quelque chose de plus fondamental - la vie spirituelle. Or, le bouddhisme a une longue histoire en Chine: s'il est une religion que l'on peut qualifier de "nationale", c'est bien elle. De nombreux Chinois se reconnaissent dans le bouddhisme; un peu comme si cela faisait partie de leur histoire familiale. C'est un retour aux sources. Voilà pourquoi, sans doute, on constate en Chine une renaissance de la pratique bouddhique. La soif de spiritualité ne fait aucun doute. Les sites Internet sont souvent bloqués par la censure, mais les Chinois parviennent à échanger des informations et à établir parfois des liens avec des lamas au Tibet. D'autres s'intéressent au bouddhisme sur un plan purement culturel. Ils veulent apprendre. Alors, ils viennent me voir. D'autant qu'il existe, en effet, de nombreux liens historiques entre les Chinois bouddhistes et les karmapas. 

En France, la communauté bouddhiste tibétaine est divisée. Certains, minoritaires, reconnaissent un autre karmapa. Que leur dites-vous?

Je n'ai rien à leur dire car - je vous l'assure, du fond du coeur - je ne veux pas me confronter à qui que ce soit. Je peux seulement parler de moi, plutôt que de prendre position sur le fond. Dans l'histoire sacrée de la lignée, la réincarnation précédente reconnaît le suivant. L'aîné, en quelque sorte, choisit toujours son cadet. Pour ma part, je suis identifié par le 16e karmapa dans une lettre de reconnaissance qui, me semble-t-il, fait foi. Je me contente de respecter la tradition. D'ailleurs, je ne saurais pas comment faire pour revendiquer le statut de karmapa. C'est une question d'ordre spirituel. Si d'autres ne me reconnaissent pas comme la réincarnation du karmapa, qu'y puis-je ? 

Partagez-vous le sentiment de frustration, voire d'étouffement, de nombreux jeunes Tibétains en exil?

Oui, ce mot d'étouffement est le bon et c'est ce qui explique le besoin de protester, parfois. Soyons réalistes, cependant. Ce n'est pas ainsi que l'on fera avancer la cause du peuple tibétain. Ce dont nous avons besoin, c'est un projet, un plan et un processus. 

Etes-vous inquiet de la perspective d'une explosion violente si le dalaï-lama venait à disparaître?

Oui, c'est une source d'inquiétude majeure pour moi. 

Vous êtes un jeune homme qui porte les responsabilités et les charges d'un homme mûr. N'y a-t-il pas des moments où vous souhaiteriez marcher dans les champs, jouer avec d'autres, vivre une vie tranquille...

Je comprends ce dont vous parlez, mais, voyez-vous, mon mode de vie est supportable. Ma formation spirituelle m'aide sans doute. L'esprit humain est sans limites. La capacité de chacun à endurer et à s'adapter ne doit pas connaître de limites. 

Avez-vous des nouvelles de vos parents?

J'ai parlé il y a peu avec ma mère. Nous conversons de temps à autre au téléphone. Elle est assez malade. 

Pensez-vous un jour revoir vos parents?

Je l'espère beaucoup, oui. 

Comment faire?

C'est très difficile. Ils vivent au Tibet, sous le pouvoir du gouvernement chinois. C'est très difficile, je le sais. Je les aime beaucoup. C'est la raison pour laquelle j'aimerais tenter de les revoir. Je leur dis toujours, au téléphone, que j'essaierai de les revoir. Mais je ne sais pas comment faire. 

Ont-ils subi des pressions de la part du gouvernement chinois?

Non. Enfin, rien de grave. Désormais, s'ils souhaitent se rendre à Lhassa, ils ont besoin d'une autorisation officielle. Ce n'est pas si terrible. Moi aussi, je devrais demander l'autorisation pour me rendre à Lhassa!  


Le karmapa-lama

1985 Le 26 juin, naissance au Tibet d'Apo Gaga, qui sera ensuite reconnu comme le 17e karmapa et se verra attribuer le nom de Ogyen Trinlé Dorjé. 

1992 Le 9 juin, le dalaï-lama confirme la reconnaissance. 

1999 Le karmapa fuit dans la nuit le monastère de Tsurphu, mécontent des obstacles dont usent les autorités chinoises pour empêcher sa formation. 

2000 Après une périlleuse traversée de la chaîne de l'Himalaya, il atteint le 5 janvier Dharamsala, dans le nord de l'Inde, résidence du dalaï-lama.  

2008 Il se rend aux Etats-Unis et enseigne pendant deux mois dans la communauté bouddhiste. 

2010 Annulation d'une tournée en Europe : les autorités indiennes, peut-être sous la pression de la Chine, lui refusent l'autorisation de voyager. 


H.H. 17th Gyalwang Karmapa: 2010 Birthday Speech





Special speech His Holiness prepared for his 26th Birthday on 6/26/2010. His Holiness delivered the speech in 3 languages - Tibetan, English, and Chinese.



PHOTOS FROM HIS HOLINESS KARMAPA'S BIRTHDAY EVENTS: JUNE 26TH, 2010






2010/06/25

LIVE WEBCAST OF HIS HOLINESS KARMAPA'S BIRTHDAY ADDRESS


June 25, 2010

His Holiness the 17th Gyalwang Karmapa will be making a speech as part of his 26th Birthday Celebration. This address will be made available for public viewing via live internet webcast. His Holiness's Office of Information and Communications will be broadcasting this event via Live-Webcast.
The detail of the Birthday Speech Webcast is as follows:
Date: June 26th, 2010
Time:
India Time (IST): 6/26, 02:00 pm
Taipei / Beijing: 6/26, 04:30 pm
US Pacific Time (PDT): 6/26, 01:30 am
US Eastern Time (EDT): 6/26, 04:30 am
London Time: 6/26, 09:30 am
To convert India time to your local time, please click here. Please Return to this website no earlier than an hour before the scheduled time to find the link to the live webcast page.

2010/06/17

LIVE WEBCAST TEACHINGS CONDUCTED BY KARMAPA: GAMPOPA'S LAM-CHOG RINCHEN TRENGWA


June 17, 2010

His Holiness' teachings will be presented on a new, permanent home for the all future live webcast events from His Holiness:

Summer Teaching of H.H. The 17th Gyalwang Karmapa for International Devotees

Topic: 
Dhagpo Rinpoche’s (Gampopa) Lam-chog Rinchen Trengwa or Precious Garlands of Supreme Path.
Location: 
Gyuto University Monastery, Dharmasala, India
Date: 
June 18th, 2010 – June 20th, 2010
Morning Session:India Time (IST): 6/18-6/20, 10:00 am – 11:30 am
Taipei / Beijing: 6/18-6/20, 12:30 pm – 2:00 pm
Pacific Time (PDT): 6/17-6/19, 9:30 pm – 11:00 pm
Eastern Time (EST): 6/18-6/20, 12:30 am – 2:00 am
GMT: 6/18-6/20, 4:30 am – 6:00 am
Afternoon Session:
India time (IST): 6/18-6/20, 4:00 pm – 5:30 pm
Taipei / Beijing: 6/18-6/20, 6:30 pm – 8:00 pm
Pacific Time (PDT): 6/18-6/20, 3:30 am – 5:00 am
Eastern Time (EDT): 6/18-6/20, 6:30 am – 8:00 am
GMT: 6/18-6/20, 10:30am – 12:00 pm
Live translation in English and Chinese only.
We sincerely hope you'll be able to virtually attend this precious teaching from His Holiness. Please e-mail the following address if you have questions or comments.

2010/06/07

GYALWANG KARMAPA'S VARIOUS ACTIVITIES: JUNE-JULY, 2010


July 7 - Gyuto. His Holiness performed the Gye-Dor Lha-Nga (5 Deities of Hevajra) prayer from Je-Duesum Khenpa's text Thug-Dham Nga. Goshir Gyaltsab Rinpoche, and all the monks in the Labrang, attended the prayers.
June 15 - Gyuto. Goshir Gyaltsab Rinpoche offered Dhue-khor transmission to His Holiness, continuing last year's transmission. Gyaltsab Rinpoche arrived in Gyuto on the 15th of June.
June 7. His Holiness made a short visit to the Library of Tibetan Works and Archive.
June 7. His Holiness visited the exhibition of Tibetan traditional appliqué and embroidered thangkas at Tsuglakh-khang. Mr. Tenzin Gyaltsen Ghadong requested His Holiness’ visit.


His Holiness performing Gye-Dor Lha-Nga.

Goshir Gyaltsab Rinpoche offering Dhue-khor transmission to His Holiness.

His Holiness visiting Library of Tibetan works and Archive.

His Holiness visiting the exhibition of Tibetan traditional appliqué and embroidered thangkas.



http://www.kagyuoffice.org/PastActivities-10-JulSep.html

2010/06/05

Karmapa explains the Khoryug Logo


June 5th, 2010





His Holiness explains how he designed the Khoryug logo and what he hopes it will achieve:
The basic symbol within the Khoryug logo is the Kagyu Monlam design of two hands that are clasping each other. I have spoken on this before; we sentient beings live on this Earth and it protects us and gives us this precious life. We need to treat it in the same way and protect it and let it live as well. This is the true meaning of being an environmentalist from a Buddhist point of view. I think possibly, this view is shared by both Buddhists and environmentalists.
When the monastic representatives suggested that I form an association, I felt extremely happy. The establishment of Khoryug as an association is our collective commitment to protect our mother Earth. Therefore, I designed the Khoryug logo so that the themes include the Earth itself and its creation.
 I replicated the Monlam symbol in four different colors to create a fifth element, which is space. The colors represent the four elements – Earth, Water, Fire, and Wind. Life has emerged through the union of these four elements. The pale blue circle in the center of the logo represents pure space. According to Buddhist philosophy, space was formed first and from space come the remaining elements.  It is from this vacuum that our Earth came to be. Life would not be possible if any one of these elements was absent, and this is the true meaning of interdependence. Because of this interdependence, the earth itself is sacred.  
It is the existence and interaction between these elements that creates the favorable conditions for the formation of the Earth. How can we neglect its conditions and future probabilities? We must believe that we can save her from mindless destructive activity and we must be mindful.
I hope this logo, therefore, has a deeper meaning than simply a nice design and this will have a meaningful imprint to the mental continuum of the sentient beings on the Earth.

KARMAPA GIVES SPEECH ON WORLD ENVIRONMENT DAY


June 5, 2010 - Dharamsala

"[At 8:00AM today, on it's founding anniversary, the] Tesi Environmental Awareness Movement [...] announce[d] this year’s Tesi Environmental Service Award to Rangjung Khoryug Sungkyob Tsokpa (Environmental Protection Organization). Rangjung Khoryug Sungkyob Tsokpa (RKST) is an association of Kagyu Buddhist monasteries [that] help protect the Himalayan region from environmental degradation under the leadership of His Holiness the 17th Karmapa Ogyen Trinley Dorje.
RKST consists of thirty-six monasteries across India, Nepal and Bhutan that are working together to help create an environmental awakening in the Himalayas about the importance of forest protection, water conservation, wildlife preservation, climate change adaptation and waste management.
In the last two years, Gyalwang Karmapa has called for environmental commitments from Kagyu monasteries, nunneries and centers, and organised two major environmental conferences. With unwavering faith in His Holiness Karmapa, [the] Kagyu Sangha has done outstanding work in environmental conservation; from tree planting, to mass cleanup, to environmental education. Environmental resource materials as well as activities of all the Centres [can be] found [on] their website www.Khoryug.com."*
At 2:30PM, in front of an audience of hundreds, His Holiness gave a public speech on environmental issues, and what we can do to avoid harming the environment. Participating in the event was Gyuto Khen Rinpoche, Lama Omze, and a large audience consisting of those with an interest in environmental protection. The speech took place in the Gyuto Monastery main Shrine Hall and was webcasted live over the internet.
At 4:30PM, following his annual tradition, His Holiness did tree planting. In the Gyuto Monastery Garden, His Holiness planted several medicinal trees. Chants and prayers were made, aspiring for world and environmental protection. Also participating in the event was Gyuto Khen Rinpoche, Lama Omze, lamas, and Gyuto monks. The activities were concluded with Three Jewels prayers and aspirations.
*Quote from the Tibetan Sangha’s Eco-forum.

2010/06/01

MASS 49TH DAY MEMORIAL PUJA FOR VICTIMS OF KYIGUDHO EARTHQUAKE


June 1, 2010

An elaborate 49th day memorial mass puja service was held in the Thegchen Choling Temple, in McLeod, in remembrance of all the victims who lost their precious lives, and many others who underwent great destruction, who are still experiencing immense difficulty after the recent earthquake which hit Kyigudho region of Tibet.
Organised by the Tibetan Settlement Office, Dharamshala, this special puja took place in the main Palace Temple from 8am to 10am. It was presided over by His Holiness the Dalai Lama.
At the invitation of the Tibetan Settlement Office, Dharamshala, His Holiness the 17th Gyalwang Karmapa also joined in this puja and offered his prayers.
On his way back, His Holiness Karmapa, at the request of the Director of the Tibetan Library, had a short stopover at the Tibetan Library where he consecrated their new, recently constructed, blocks for conference auditorium and meditation room.
His Holiness left Gyuto Monastery at 7am and returned at 11am.